vendredi 30 mai 2014

L'économie virtuelle menace l'économie réelle !

Le montant des produits dérivés : 710.000 milliards de $ !




La Banque des Règlements Internationaux (BRI) vient de publier une étude statistique sur le montant des produits dérivés dans le monde à la fin 2013, et ceux-ci atteignent le montant incroyable de 710.000 milliards de dollars (710.000.000.000.000 dollars), soit plus de 10 fois le PIB mondial (oui, soit plus de 10 fois de tout le travail de tous les hommes de la Terre en un an). 
Pour prendre un élément de comparaison, le PIB des États-Unis en 2013 se monte à 16.000 milliards de dollars, soit 44 fois moins. 
Et cette masse de produits dérivés est supérieure de 20% au record précédent, qui date de juste avant la crise de 2008… 
On parle beaucoup de bulles en ce moment, sur les actions, les obligations ou les matières premières, voici incontestablement la plus gigantesque.

Le marché mondial des produits dérivés
Qu’est ce qu’un produit dérivé ? 

C’est un contrat entre deux parties dont la valeur est déterminée par les variations de prix d'un actif sous-jacent (obligations, actions, matières premières, devises). 
Il sert à se protéger contre des variations de prix ou de taux d’intérêt, ou à spéculer. 
Autre type de produit dérivé, le CDS (Credit default swap), qui sert à se protéger d’un événement de crédit (un emprunteur, État ou entreprise, qui fait défaut). 
La majorité des contrats sont négociés de gré à gré, et non sur un marché, c'est-à-dire dans l’opacité la plus complète.
Raison de plus de s’inquiéter : aux Etats-Unis, la plus grande partie de ces produits est détenue par seulement quatre banques (JP Morgan, CitiBank, Goldman Sachs, Bank of America). 
La concentration est également très élevée eu Europe, avec notamment la Deutsche Bank (nous en avions parlé) et les banques françaises. 
Le volume est énorme mais les transactions ont lieu entre un petit nombre d’acteurs.
Lorsque l’on s’alarme de ces montants, les responsables bancaires expliquent qu’il ne faut pas s’inquiéter car ces engagements sont compensés et, au final, l’exposition nette ressort à presque zéro. 
Les positions s’équilibrent, quand un engagement est pris sur un produit dérivé, la banque achète une protection (la position inverse) pour se protéger. 

volumes liffe de produits dérivés taux


Mais à qui l’achète-t-elle ? 

A une autre banque. 
Ainsi toutes les grandes banques se vendent entre elles des produits dérivés, ce qui explique la concentration dont nous parlions plus haut, et ce qui signifie que si l’une d’entre elles fait faillite, toutes les autres plongent ! 
C’est ce qui a failli se produire avec la faillite d’AIG en septembre 2008 qui était la contrepartie de nombreux établissements financiers, et qui a été sauvée en catastrophe par l’État américain.
Le plus connu de ces produits est le CDS, mais sa part relative demeure secondaire. 
L’essentiel de ces dérivés (82% exactement), nous apprend la BRI, concerne des produits de taux d’intérêt, globalement d’un montant équivalent aux États-Unis et en Europe, et là ça devient intéressant. 
Fondamentalement les taux d’intérêt aux États-Unis et en Europe ne résultent pas du libre jeu du marché, ils sont manipulés à la baisse par les banques centrales (la FED et la BCE) qui font tout pour les maintenir au plancher. 
Toute inflexion de leur politique monétaire est annoncée longtemps à l’avance, ce qui permet à chacun de réajuster ses prévisions. 

http://www.financialafrik.com/wp-content/uploads/2014/04/Produits-d%C3%A9riv%C3%A9s-contrats-Bale-3.png

Elles donnent ainsi une fausse assurance aux opérateurs, qui prennent par conséquent plus de risques que de raison. 
Si les banques centrales venaient à perdre la main, si des crises ou des krachs venaient à dépasser leur capacité d’intervention ou la crédibilité de leur parole, ces taux d’intérêt pourraient connaître des mouvements brusques qui prendraient à revers les marchés. 
Et la montagne de ces dérivés de taux exploserait. 
Les dégâts seraient tout aussi inimaginables que le chiffre que l’on a cité au début de cet article.
Je n'ai pas fait de résumé . Il me semble que tout est parfaitement clair...
https://www.goldbroker.com/fr/actualites/montant-produits-derives-dans-monde-710000-milliards-dollars-506#.U4d48HUrq7Q.twitter
Via : Fabrice Drouin
http://www.wendy-leblog.com/2014/05/le-montant-des-produits-derives-710000.html?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+wendy-leblog%2FHrDB+%28Le+blog+de+Wendy%29

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont modérés : Merci de respecter le travail des ouvriers de la Lumière dont certains risquent leur vie pour le Changement du Monde ! Si vous pensez que cela ne bouge pas assez, allez les aider au lieu de les critiquer !